Réponse de Richard Blanco, Françoise Ratsimba Candidats de Lutte Ouvrière dans le Tarn et Garonne

Madame, Monsieur,

Nous avons bien reçu votre courrier du 30 mai 2012, nous interrogeant « sur le Pacte budgétaire, le
nouveau traité européen qui doit être ratifié avant fin 2012. L’intérêt est de connaître et de rendre
publics votre position sur ce texte et vos engagements par rapport à sa ratification ou non ratification ».

Le « pacte budgétaire » qui sera proposé aux votes des futurs parlementaires, même si pour la
circonstance certains l’affubleront peut-être de quelques adjectifs à la mode (« citoyen » ou « solidaire »,
gouvernement de gauche oblige !) ne représente que la continuation de l’austérité pour la population. Le
président François Hollande fera ce que le candidat Hollande avait promis : s’atteler à la réduction de la
dette publique. Et comme il ne compte pas s’en prendre à ceux qui ont bénéficiés de cette dette, les
grandes banques et les grands groupes capitalistes, c’est à la population, aux services publics que l’on
réclamera des sacrifices. Quant à la « relance » ou à la « croissance » économique qui permettraient soi-
disant d’épargner les capitalistes comme la population (selon les promesses du candidat Hollande) nous
verrons très vite que c’est une fausse barbe. Ce sera une version à peine édulcorée d’une « austérité de
gauche » avec les mots qui vont bien, mettant en avant par exemple la compétitivité des entreprises au
détriment des emplois et des salaires… comme en Italie. Et si croissance il y a ce sera encore celle des
profits.

Quant à demander un référendum sur la ratification du Pacte budgétaire, nous n’en voyons vraiment pas
l’utilité.
D’abord on a déjà vu avec le précédent référendum sur la constitution européenne, le peu de cas que
nos gouvernants font des votes populaires.
Ensuite nous sommes convaincus que la démocratie sous nos latitudes ressemble plus à ce qu’en disait
crûment Coluche : « la dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie c’est cause toujours ». Mais derrière
cette boutade il y a une vérité première : ceux qui ont le pouvoir dans notre société, ce n’est ni le
président, ni le gouvernement et encore moins le parlement. Ceux qui tirent les ficelles, qui décident de
la vie de millions de travailleurs, qui ne sont élus par personne, on les trouve dans les conseils
d’administration du grand patronat. Ce sont eux qui font la loi. Le pouvoir c’est eux. La dictature elle est
là. Et nous n’avons pas envie de faire semblant de croire que des tonnes de papier fussent-ils des
bulletins de vote, y changeront quoi que ce soit;
Seules les luttes déterminées et conscientes de la population pourront inverser le rapport des forces
avec la bourgeoisie. Il n’y a pas de sauveur suprême, ni parlement, ni référendum qui tienne. Il faudra de
nouveaux mai 68, ou de nouveaux juin 36, avec un programme de défense des intérêts des travailleurs :
non seulement la défense de l’emploi et des salires, les deux seules choses qui comptent pour vivre,
mais aussi l’exigence du contrôle des travailleurs et de la population sur toutes les décisions
économiques.
C’est le sens du programme qu’a défendu Nathalie Arthaud lors de la présidentielle. C’est le sens de nos
candidatures à ces législatives.

Recevez nos salutations communistes
Les candidats de Lutte Ouvrière en Tarn et Garonne

Françoise Ratsimba, Richard Blanco

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :